Wagga et Griffith

07/11/2010 - Pays : Australie - Imprimer ce message
Le départ

Lundi 9am je me réveille en même temps que Pénélope. Nous déjeunons ensemble, avec Servan et Alexandre. Je dis au revoir à Alexandre, le marseillais de 29ans, il part travailler. Pénélope va commencer le ménage et moi j'emmène le Van au garage. Je pourrai venir le rechercher vers 10.30am. En revenant, ce n'est pas Pénélope qui fait le ménage mais une asiatique que je n'ai jamais vue. Effie et Sasha me disent qu'elles n'ont pas confiance en Pénélope et que son attitude de vendredi, parce qu'elle était bourrée n'était pas mature. Je retrouve Pénélope en larme dans la chambre. Elle qui s'était levée pour travailler, elle c'est fait remplacer le jour même, la pauvre. Elle partira aujourd'hui du Blue Parrot pour une colocation avec Julie la française. Moi je check-out, récupère 10$ de caution et continue de terminer mon sac. 1h après, je repars chercher le Van et parviens à me garer devant l'auberge. Moi et Jalel mangeons vite fait et remplaçons toutes les 15min un ticket gratuit de parking. Hop on a échappé à une contravention. Voilà il est 3pm, c'est l'heure de partir. Des adieux à Effie, Donna, Servan, Stéphane, Fabio, Arnaud,... Nous prenons derrière dans le Van, Julie et Pénélope, nous allons les déposer à leurs nouvel appartement. Encore un au revoir à Pénélope et Julie et voilà direction Wagga Wagga. C'est la ville la plus importante de l'intérieur des terres (58.000 habitants). La bas Jalel a trouvé un fermier qui aide d'autres fermiers de la région a trouvé des ouvriers (Backpackers). Heureusement que notre GPS marche, 6h de route de Sydney à Wagga Wagga. Et bizarrement quand nous quittons Sydney, il se met a pleuvoir des trompes. Un plein et demi d'essence plus tard, il est 11pm quand nous arrivons et il s'arrête seulement de pleuvoir. Les hostels sont fermés et nous n'avons déjà plus d'essence, nous trouvons un coin tranquille et garons le Van. Ce soir nous dormirons sur les sièges avant car l'arrière n'est pas aménagé. 30min plus tard, contrôle de police, 2 policiers sortent leur voiture et marchent vers nous. Nous expliquons notre situation et avec clémence, ils nous conseillent de bien fermer les vitres et fenêtres du Van. Décidément, après la pluie tout le long du trajet, nous avons une nuit glacée. Impossible pour moi et Jalel de fermer l'oeil, nous tremblons de froid et patientons le levée du soleil.

Il est mardi 7am, nous mettons de l'essence et ne pensons qu'à dormir dans un lit chaud. Nous conduisons jusqu'à le Romano's hostel, il n'ouvre qu'à 9am. Nous somnolons dans le Van en attendant l'ouverture. 55$ la chambre par personne, pas question de payer ce prix ! Nous appelons le fermier pour la rencontre. Brau habite une ferme à 10min de la ville, il y a 2 Backpakers qui dorment chez lui et l'aident dans sa ferme. Une Italienne et un Français. Brau nous explique que pour cette saison, il fait froid et donc que les jobs de conducteur de tracteur sont reportés de 2 semaines. Il n'a pas de job à nous proposé pour l'instant, il nous conseille d'aller à Griffith (2h de route) ou Hiltson (3h de route), la bas il est simple de trouver du travail, du fruitpicking (cueillette de fruit). Brau a 120 moutons et nous demande de l'aider à tondre 3 moutons. Pour nous remercier, il nous offre le snack de midi. Il doit être 2pm et nous nous mettons en route pour Griffith, une petite ville de 24.910 habitants. Dans le Van sur une longue route droite, je sens la fatigue monté. Jalel lui, dort déjà, je m'arrête sur le bord de la route et fais une sieste. Il doit être 5pm et nous arrivons à Griffith (635km de Sydney). Le Lonely Planet, conseille L'international Hostel Backpakers sur Limya Street. Jalel prend une nuit, moi, je décide de dormir dans le Van. Je trouve un camping, 20$ l'emplacement, j'y prends 2 nuits. je commence à aménager le Van pour pouvoir y dormir, je place le sofa, lave la vaisselle d'Hilary, fais du rangement. Une fois le Van aménager à ma façon, je m'en vais au Woolworth faire des courses et manger un Macdo. Fatigué, je rentre et passe ma vrai première nuit dans le Van.

Lendemain, mercredi, je m'en vais à la seule agence d'intérim de Griffith et y dépose mon CV. On me conseille d'aller dans les Backpackers Hostels car ils ont des relations avec des fermes pour recruter des Backpackers. Il y en a que 2 dans la ville, Le Globe Backpackers et L'international Hostel Backpacker, là où Jalel est. Je m'en vais au Globe, je mets mon numéro et celui de Jalel sur une liste, si un job est disponible, on nous téléphone. Le mec de l'accueil, me conseil de postuler sur internet pour la compagnie Casella Wine, 3mois, de Janvier à Mars, 10000$ pour ramasser du raisin. Jalel me rejoins au Globe et nous postulons ensemble sur internet. Peut importe où nous serons, si on est embauché, on reviendra pour ce travail. En soirée, je retourne au camping et Jalel à son auberge. Plus tard, Jalel me préviens par SMS que demain il travail dans la plantation de tomate, mais seulement qu'un jour. 13$/h, moi je ne peux pas travailler car je ne suis pas de cette auberge. Jalel me conseille de quitter le camping pour son auberge, je vais suivre son conseil demain.

Jeudi, pendant que Jalel travail, je quitte le camping et me balade hors de la ville à la recherche de ferme, je compte demander directement au fermier du travail. Je me retrouve dans un Parc naturel, un zoo où il y a animaux au bord du Lake Wyangan
Je trouve ensuite 2 fermes, une d'orange et une de citron, les deux fermiers me disent qu'ils ne passent que par des Backpacker Hostels. Je retourne en ville, et prends une nuit à l'auberge de Jalel. Je le retrouve à l'intérieur, il a fini le travail et il a mal partout. L'auberge est grande mais vide, un peu salubre, je ne croise personnes, tout le monde travail. Je suis dans la même chambre que Jalel, une chambre de 8 personnes, il n'y a même pas de clé pour la fermer. L'ambiance n'a rien avoir avec le Blue Parrot. Je vais faire une sieste pendant que Jalel, lui prend le Van à la recherche de fermes.
Une fois réveillé, je descends, je rencontre un japonais Shinya de Tokyo, il est dans notre chambre. Ensuite un français qui connait Jalel, il s'appelle Alexis et vient de Nice. A l'accueil, Pya la gérante de l'auberge reçoit un coup de téléphone, directement après, elle nous propose du travail. Au moins 20 personnes sont demandées à l'entreprise Cherry King. J'apprends que c'est le job que beaucoup attendait, dans l'usine, trie et empacktage de cerise. C'est du travail à la chaîne, payé 18,75$/h et le samedi 22,5$/h de 9am jusqu'à 5pm en moyenne et cela jusqu'en Janvier. Si nous travaillons 3 mois dans cette usine, nous aurons notre 2ème Visa Working Holiday. J'appelle Jalel directement pour qu'il revienne à l'auberge. Nous complétons pleins de formulaires. Tax file number, contract de travail, superannulation,...
Nous commencerons demain à 9am, c'est à dire à 8am rendez-vous en bas de l'auberge car une navette vient nous prendre pour nous déposer à l'usine, moyennant 2,50$ par trajet par personnes. Donc 10$ par jour pour moi et Jalel, ce qui revient cher.

Vendredi, moi et Jalel, sommes au trie, nous voyons des centaines et des centaines de cerises passées devant nous sur un tapis roulant et nous devons trier des fois que les bonnes et des fois que les mauvaises et les balancées dans un bac. Nous avons une pause de 15min de 10.45 à 11am et un temps de midi de 30min de 12.30 à 1pm. Pour dinner, nous nous sommes fais des tartines. Pour notre premier jour, nous finissons à 2.30pm. Plus tard, moi et Jalel partons à Bunnings, un genre de Brico, pour voir les prix et les choses qui nous seront utiles plus tard pour aménager définitivement le Van.

Lendemain Samedi, c'est repartis pour le travail, cette fois de 9am jusqu'à 5pm, à 22,5$/h, ça motive plus. Cette fois, nous sommes partis au travail avec notre Van pour plus d'économie. La veille, nous nous sommes fais des pâtes au pesto, il y à un micro-ondes pour réchauffer nos plats. Il y a aussi une autre pause de 15.30 à 15.45
Au soir à l'auberge pendant que nous nous faisons à manger, un fermier nous demande si nous sommes d'accord de travailler pour lui dimanche matin à 6.30am. Nous acceptons, sans même demander combien c'est payé, nous sommes là pour travailler...

Dimanche 6am, nous nous levons, le fermier vient nous chercher devant l'auberge à 6.30am. Il nous amène dans un champ de potirons. Pendant 8h, nous sommes assis derrière son tracteur, à retirer des mauvaises herbes avec des cisailles. 100$ pour ce travail, c'est à dire 12,5$/h et nous serons payés que le vendredi prochain. Nous nous disons que c'est mieux que rien et puis pour un dimanche, il n'y avait rien d'autre à faire de toute façon.
En soirée, nous faisons les courses, mais fainéant de cuisiner, nous mangerons au KFC.
Les photos suivront et le carnet sera en stand-by car les jours se ressembleront et j'aurai beaucoup de travail.
See you later


Etapes :
Wagga Wagga
Griffith
Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Par n0n0
Le 12/11/2010 à 15:10:19
Pas facile facile tout ça !
La nuit dans le froid n'a pas du être top lol
J'espère pour vous que ça va aller, il faut tenir un peu le coup pour le travail après vous serez plus trankil et pourrez profiter :D

Courages les amis ;)

Par Tonton Barbu
Le 13/11/2010 à 16:14:35
PASSIONNANT!!! VRAIMENT PASSIONNANT!!!
Et en plus, c'est que tu racontes vraiment bien... et avec de superbes photos en plus.
Comme à chaque fois que j'ai le plaisir de te lire, je suis impressionné par ton talent d'écrivain. Qui sait... et Pourquoi pas...
Merci de nous conter cette belle aventure (enfin j'espère...).
Bon courage pour la suite et au plaisir de te lire et de te voir (et de t'entendre si possible).
A bientôt.
Par ZORAN
Le 30/11/2010 à 20:38:16
siisiii c'est cool bon job ! Travaillez bien et dépensé pas nimporte comment =p mais faites vous bien plaiz kan mm biz


Par Les Bretons Olivier & Isa
Le 01/12/2010 à 11:42:15
Bonjour Christopher, je vois que tu te débrouille plutôt bien... Félicitations pour ton adaptation et pour ton courage
Tu as de vrais talents de narrateur!
Au plaisir de te relire

Par Minh
Le 06/12/2010 à 17:19:22
Le Lonely Planet, c'est le must !


Laisser un commentaire